Gérer au quotidien son entreprise

Les soldes intermédiaires de gestion : outils essentiels d’analyse financière

5 minutes de lecture
Les soldes intermédiaires de gestion : outils essentiels d’analyse financière

La performance économique et financière d’une entreprise est primordiale pour assurer sa pérennité. Pour évaluer cette performance, il existe plusieurs outils et indicateurs qui peuvent aider les dirigeants à prendre les meilleures décisions possibles. Parmi ces outils, les soldes intermédiaires de gestion (SIG) tiennent une place particulièrement importante. Ils sont non seulement un moyen précieux d’évaluer la situation financière d’une entreprise, mais aussi un outil clé pour anticiper les difficultés et maximiser les potentialités.

Qu’est-ce que les soldes intermédiaires de gestion ?

Les soldes intermédiaires de gestion sont des indicateurs financiers issus du compte de résultat permettant d’analyser et de mieux comprendre l’origine de la performance de l’entreprise. Les SIG se décomposent en différentes étapes, chacune correspondant à une phase de la vie de l’entreprise : production, distribution, exploitation et financement.

Ils servent notamment à :

  • Mesurer la rentabilité à différentes étapes de la chaîne de valeur;
  • Comparer la performance de l’entreprise par rapport aux concurrents;
  • Analyser l’évolution de l’entreprise sur plusieurs années;
  • Aider à la prise de décision pour améliorer la performance de l’entreprise.

Rentabilité économique et rentabilité financière

Dans le cadre des soldes intermédiaires de gestion, il est important de différencier la rentabilité économique et la rentabilité financière. La rentabilité économique mesure la capacité de l’entreprise à dégager un résultat par rapport aux ressources mises en œuvre (investissements, coûts de production…). La rentabilité financière, quant à elle, mesure plutôt la capacité à rémunérer les apports financiers des actionnaires et partenaires financiers, comme les prêts bancaires.

Les différentes étapes clés des soldes intermédiaires de gestion

Afin de mieux comprendre les soldes intermédiaires de gestion, il est essentiel de se référer à leur découpage en différentes phases qui permettent chacune d’évaluer plus précisément des aspects spécifiques du bilan.

La marge brute

La première étape des soldes intermédiaires de gestion consiste à calculer la marge brute. Celle-ci correspond à la différence entre les ventes réalisées par l’entreprise et le coût des marchandises vendues (ou des services rendus). Cette première phase permet de mesurer l’efficacité de l’entreprise à transformer ses matières premières ou biens achetés en produits vendables.

La valeur ajoutée

Elle représente la richesse créée par l’entreprise après avoir soustrait tous les coûts de production externes (matières premières, consommations énergétiques, etc.). La valeur ajoutée est répartie entre les salaires, les charges sociales, la fiscalité et le bénéfice de l’entreprise. Elle permet donc de mesurer la performance économique globale de l’entreprise.

Le résultat d’exploitation

Il traduit la capacité de l’entreprise à générer un bénéfice grâce à son activité courante (auquel on soustrait les charges fixes et variables). Le résultat d’exploitation est un indicateur clé de la rentabilité opérationnelle de l’entreprise.

Le résultat financier

Correspond aux gains et pertes liés aux différents financements, tels que les intérêts des emprunts ou les dividendes versés aux actionnaires. On peut ainsi calculer un solde intermédiaire qui donne une idée du potentiel financier de l’entreprise.

Le résultat exceptionnel

Ce dernier indicateur prend en compte tous les éléments non liés à l’activité normale de l’entreprise, comme la revente d’un bien immobilier. Il permet d’avoir une vision complète du bilan final à court terme, sans pour autant être représentatif des performances sur le long terme.

Utiliser les soldes intermédiaires de gestion pour améliorer la performance de l’entreprise

Au-delà de leur utilité dans l’évaluation pure et simple de la situation financière d’une entreprise, les soldes intermédiaires de gestion peuvent également servir de leviers pour mettre en place des stratégies visant à optimiser cette situation. En posant un diagnostic précis sur les différentes étapes de la chaîne de valeur, il devient possible d’identifier là où des améliorations peuvent être apportées.

Réduire les coûts de production

La marge brute et la valeur ajoutée permettent notamment d’évaluer les performances en matière de gestion des ressources (matières premières, énergie, main-d’œuvre…). En optimisant ces éléments, il est possible d’améliorer significativement la rentabilité économique de l’entreprise et de dégager davantage de bénéfices.

Diversifier l’activité

Le résultat d’exploitation peut mettre en lumière une activité insuffisamment rentable ou trop concentrée. Pour limiter les risques d’une dépendance excessive à un seul créneau, l’entreprise peut envisager des investissements diversifiant son offre de produits ou services.

Adapter le financement

En analysant le bilan financier, l’entreprise peut s’interroger sur les modalités de financement qui lui sont offertes. La mise en place de partenariats avec d’autres acteurs financiers ou une diversification des sources pourraient contribuer à réduire les coûts et donc à augmenter la performance financière.

Les soldes intermédiaires de gestion constituent un allié précieux pour les dirigeants soucieux d’évaluer, suivre et optimiser la performance économique et financière de leur entreprise.