Gérer au quotidien son entreprise

Les enjeux de la cybersécurité et la gestion des identités numériques en entreprise

8 minutes de lecture
Les enjeux de la cybersécurité et la gestion des identités numériques en entreprise

La cybersécurité est devenue une préoccupation majeure pour les entreprises. En effet, les dépenses en solutions et logiciels de sécurité devraient atteindre 206 milliards d’euros en 2023, avec une augmentation de 12,1% par rapport à l’année précédente. Cependant, de nombreuses organisations peinent à mettre en place des processus efficaces et automatisés, ce qui entraîne une augmentation des risques paraissant l’inadéquation des technologies mises en œuvre et la difficulté à gérer les identités numériques. Dans cet article, nous allons vous présenter les enjeux et les bonnes pratiques pour une gestion optimisée des identités numériques.

Le contexte actuel : une gestion manuelle des identités numériques

A l’heure actuelle, les entreprises sont confrontées à une gestion manuelle des identités numériques, souvent engendrée par l’utilisation de technologies obsolètes et de silos entre les applications et les référentiels de données. Lorsqu’un nouvel employé rejoint l’entreprise, il doit souvent attendre plusieurs jours voire des semaines pour obtenir l’accès nécessaire à ses outils de travail. De même, la suppression des accès lors du départ d’un employé peut être source d’erreurs, laissant ainsi des failles exploitées par les cybercriminels.

L’automatisation et l’orchestration pour optimiser la gestion des identités numériques

La mise en place de systèmes automatisés et d’orchestration permet de rendre la gestion des identités numériques plus fluide et sécurisée. Pour ce faire, trois étapes clés doivent être adoptées:

  1. Centralisation des règles et contrôles de gestion du cycle de vie des identités numériques, en utilisant des workloads automatisés intégrés aux logiciels RH.
  2. Fédération des identités à travers les applications et systèmes cloud et sur site.
  3. Utilisation d’outils automatisés pour obtenir une visibilité en temps réel des risques potentiels.

Appliquer le principe du moindre privilège

Le principe du moindre privilège consiste à n’accorder aux utilisateurs que le niveau minimum d’autorisations nécessaires pour effectuer leur travail. Cela permet non seulement de limiter l’accès aux données sensibles, mais aussi de réduire les risques liés aux comptes mal gérés, sur-privilégiés ou orphelins. La mise en œuvre de ce principe passe par une surveillance étroite et quotidienne de l’attribution des privilèges par utilisateur, ainsi que par le provisionnement et le déprovisionnement des accès en fonction des changements de rôle et des besoins métier.

Rester synchronisés avec les applications concernées

L’une des clés pour optimiser la gestion des identités numériques est de s’assurer que les applications concernées restent synchronisées. Plutôt que de se limiter à une attribution manuelle des droits d’accès et à la création de scripts d’intégration entre les données, les applications et les services, les entreprises doivent mettre en place des procédures formelles pour réévaluer, ajuster ou révoquer l’accès et les privilèges des utilisateurs en fonction de leurs besoins et de l’évolution de l’environnement de l’entreprise.

Conclusion

Les identités numériques des employés ont accès à des données et des systèmes sensibles qui peuvent être facilement exploités par les cybercriminels. Afin de renforcer la sécurité et de mieux gérer ces identités, les entreprises doivent repenser leur approche de la gestion des identités numériques, en passant d’une gestion manuelle et fragmentée à un système automatisé et centralisé, respectant le principe du moindre privilège et assurant une synchronisation avec les applications et les systèmes concernés. Cela permettra non seulement de réduire les risques, mais aussi d’améliorer l’efficacité opérationnelle et la satisfaction des employés.